125 ANS DE CRÉATION HAUTE FANTAISIE, ÇA SE FÊTE !



Une culture d’entreprise forte, dirait-on aujourd’hui, celle nourrie de la vision de Fried Frères fournissant perles, boutons, cabochons, strass aux brodeurs, couturiers et accessoiristes comptant parmi leurs clients : les grandes maisons de mode.

Le seuil franchi et se dégage de cette boutique-atelier-société, un-je-ne-sais-quoi qui séduit.  Sans doute est-ce la marque de ces endroits de plus en plus rares où une histoire, née il y a bien longtemps, a su perdurer dans le temps, en un même lieu et selon une même raison d’être transmise par une lignée familiale.

Une culture d’entreprise forte, dirait-on aujourd’hui, celle nourrie de la vision de Fried Frères fournissant perles, boutons, cabochons, strass aux brodeurs, couturiers et accessoiristes. La maison crée ou diffuse successivement des bijoux pour les grands couturiers :  Louis Féraud, Givenchy, Kenzo Jungle Jap, Paco Rabanne, Jean-Louis Scherrer, et Per Spook.

La devise de la maison familiale ? « Imaginer, rêver et proposer des éléments qui vous permettent d’exprimer votre Talent Créatif ».  Au-delà de fournir des pièces aux créatifs, la maison se dota, dès 1910, d’une « création artistique visionnaire » à même d’orienter la création : une raison du succès de la maison, écrit Bertrand Fried. Née en 1884 avec les deux frères Fried, Gustave et Otto, cette aventure perdure sous la bienveillance de Bertrand Fried, petit-fils du fondateur qui, depuis 2005, a cédé le contrôle de l’entreprise à Jablonex Group avec Ladislav Kalous comme PDG. En 2010, Fanjoya et la famille Pedragosa deviennent associés majoritaires de Fried Frères et un nouveau directeur fait son apparition avec Olivier Saland.

Aujourd’hui, le magasin parisien continu d’accueillir brodeurs, tailleurs, couturiers et, depuis les années 50, stylistes de la couture et du prêt-à-porter, bottiers, gantiers, modistes et fabricants de bijoux fantaisie et accessoiristes.  Dernièrement, à l’occasion de son partenariat avec The Daily Couture à Ethical Fashion Show, un superbe modèle unique, conçu et réalisé d’après la thématique de la fôret par la styliste de Fried Frères Catherine, fut présenté lors du  défilé couture d’inauguration du salon de la mode éthique.  Ci-dessus la photo du mannequin portant ce collier unique et la photo, ci-dessous, de Catherine à l’œuvre !

Fried Frères a fêté ses 125 ans !

Bien connue des professionnels de la mode, la maison organisait la soirée de célébration de ses 125 ans en 2011.  Elle rassemblait en ses murs historiques les salariés de la maison,  les amis, des créateurs et artisans de la couture.  Un univers de la couture éclectique et une bonne humeur rehaussée d’une musique harmonieusement jouée par la harpiste présente ce soir-là.  Oui, une harpiste !  Alors, on s’est dit : les images en diront plus long que les mots !

De gauche à droite, de haut en bas :

Régis Lièvre (brodeur) et François Lesage (brodeur) / Claire Fried / Emmanuelle Khanh (designer) / Bertrand Fried / Daphné Derieux (harpiste) / Gérard et Bertrand Fried / François Lesage et Bertrand Fried / Françoise Huon (responsable du département Perles de Fried Frères) / Muriel Simon (Arnuptia), Jacques Boutault, (Maire du 2è arrondissement), Victoria Darolti (Ateliers Darolti) / Corinne Lepage (présidente du parti Cap21 et candidate à la présidence de la république en 2012 et aussi cousine de Bertrand Fried) / André Guillerme Guilson (tailleur sur mesure pour homme) avec Bertrand Fried et François Lesage / Claire Fried et Olivier Saland, directeur de Fried Frères / salariés et amis de Fried Frères / Barazandeh Dauzincourt (créatrice de la marque éponyme de collants haute fantaisie)

© Photos  par The Daily Couture et Jean-Pierre Aragones

De la créativité dans les affaires !

Avec des commerciaux parcourant le monde dès 1923, notamment Max Albou en poste pendant cinquante ans, Fried Frères s’ assure du réapprovisionnement et de la distribution  de perles, strass, boutons et bijoux de bohême à l’international.  A New York dès 1940, puis au Tyrol en 1946 pour s’ouvrir finalement à toute l’Europe, l’Asie et  l’Amérique avec Gérard Fried diversifiant la même année les achats de la société.

Rebondir. Quand d’autres auraient constaté la baisse de leur chiffre d’affaire, Fried Frères a toujours su rebondir et trouver de nouveaux débouchés pour développer son activité.  Quelques exemples ?

En 1946, Fried Frères ne peut plus s’approvisionner en perles de bohême : la guerre et les nationalisations en Tchécoslovaquie en empêchent l’exportation en France. Qu’à cela ne tienne : le dirigeant de l’époque, Lucien Fried, se rendra dans la nouvelle entreprise d’état. Il reviendra en France avec l’assurance d’être désormais fournie par cette entreprise.

En 1960, alors que la vente des fleurs en perles funéraires diminue, Fried Frères crée alors une nouvelle collection et Jean Fried signe un contrat avec un grand magasin de New York qui ouvre un rayon de fleurs en perles pour le décor de la maison. Pendant de nombreuses années, la maison exportera ses fleurs à New York, Dallas, Los Angeles et San Francisco.

En 1968 avec l’effervescence du prêt-à-porter, la maison développe la vente de bijoux fantaisie.

Quelques dates de l’histoire de Fried Frères et de la couture parisienne

(d’après le livre édité en interne à l’occasion)

♦ 1886-1922 : La haute couture parisienne nait et prospère grâce à un anglais, Charles Frederick Worth, le premier couturier à proposer des collections à ses clientes et à penser à l’utilisation de mannequins, alors des sosies de ses clientes. Il y aura désormais un avant et un après : l’artisan couturier exécute les modèles à réaliser pour ses clientes et le couturier visionnaire crée des collections, préfigurant le métier de styliste et de directeur artistique.

♦ 1925 : Exposition des Arts Décoratifs à Paris : Fried Frères obtient le Grand Prix des Fantaisies pour Mode.

♦ 1925-1930 : Joséphine Baker lance le Charleston. C’est la folie des robes brodées et des sacs perlés, Fried Frères fournit des quantités incroyables de perles, paillettes, strass et cabochons aux brodeurs et aux grands couturiers parisiens. Rappelons que le confection industrielle n’étant pas encore née, les dames visitent leurs couturiers et couturières pour des créations sur mesure.

♦ 1922 -1940 : Fried Frères devient l’un des premiers exposants au Salon Bijhorca, un salon pour les professionnels de la bijouterie encore présent aujourd’hui.

♦ 1928 : Exposition de France à Athènes :  Fried Frères reçoit le diplôme de Médaille d’Or. En 1929, la maison reçoit un diplôme d’honneur lors de l’Exposition au Caire.

♦ 1945 : La Libération de Paris approche, le personnel de la maison fabrique en secret des broches en perles avec le V victorieux et la croix de Lorraine. A la libération de Paris, les créations sont offertes au public et aux soldats.

♦ Vers 1968 :  Fried Frères fournit également les music halls et les cabarets parisiens, les Folies Bergères, le Moulin Rouge, le Lido et le Crazy Horse.

♦ 1977 : La maison fournit des perles et des passementeries pour le lancement d’Opium d’Yves Saint Laurent.

♦ 1980 : Fantivor, filiale de Fried Frères est choisie pour fournir les cristaux de lustre de la Galerie de Glaces du Château de Versailles.

♦ 1983 : Jean Bertrand Fried rejoint la société. Il informatise la société. Il crée le « Kit Perles » et le « Kit Bijou » et développe la vente du Hobby loisirs.

♦ 1984 :  Les Galeries Lafayette honorent « La société Fried » pour sa participation à l’exposition « la France a du talent ».

♦ 1991 : Gérard Fried cède la présidence à son cousin Bertrand Fried qui développe l’activité dans la couture de Paris à Beverly Hills en passant par Saint-Pétersbourg, la VPC, le spectacle, les loisirs créatifs et la présence dans les salons professionnels. Il prend en main la nécessaire et difficile réduction des effectifs.

♦ 1995 :  Claire Fried, épouse de Bertrand Fried, s’emploie à rajeunir les équipes et les produits. Elle crée de bijoux pour le spectacle avec Jablonex, elle complète la gamme du loisir créatif avec des objets décoratifs. En 1998 : elle dessine la Couronne de Miss France.

 

 

 

 

@thedailycouture 

Depuis 2011, à la demande, the Daily Couture organise des immersions dans les Ateliers Haute Couture à Paris travaillant pour les plus grandes maisons de mode. Envoyez-nous votre demande : info@thedailycouture.com 

En savoir plus, c'est par ici : Visites Ateliers Haute Couture à Paris | Immersions Mode 

Ils nous font confiance : ref clients

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *