LA MODE ENSEMBLE : HANDIFASHION PARIS RÉUNIT DES MONDES SÉPARÉS



Changer notre perception sur quoi que ce soit exige du temps et une bonne dose d’efforts pour pallier aux habitudes que nous façonnons avant qu’elles ne finissent, elles-mêmes, par nous façonner sans qu’on n’y prenne garde, pour reprendre l’image de John Dryden. Car c’est bien d’un autre regard sur le monde du handicap dont nous avons besoin.

« Chacun a son parcours ». C’est ainsi que Magali Le Naour-Saby, comédienne et danseuse,  évoque sa vie.  Mannequin participant à un défilé de mode parisien, elle défile en fauteuil roulant parmi des mannequins valides.  Mais c’est en Allemagne qu’elle vit.  Là-bas, elle réussit à vivre pleinement sa passion au sein d’une compagnie professionnelle de théâtre constituée de personnes handicapées et valides.  Les auditions sont très difficiles pour tous.  Pas de pitié.  Et à la clé : la joie de faire ce qui lui plait !  Chose impossible en France car de telles compagnies n’existent pas ici, mentionne-t-elle.  Se plaindre, se présenter comme victime : hors sujet.  On verra Magali dans son premier film au cinéma, Indésirables, en octobre.  Un grand oui à la vie qui lui réussit.  Et qu’on retrouve parmi les acteurs et participants de HandiFashion Paris, rendez-vous mode créé en 2012.

HandiFashion, the daily couture

HandiFashion pour réunir des mondes séparés

« La thématique, c’est la mode pour tous. On veut sensibiliser.  La mode n’est pas perçue comme une priorité dans le monde du handicap.  Les personnes qui accompagnent le monde du handicap diront : ils ont d’autres priorités : l’accessibilité, le travail… », les excluant du monde de la mode, regrette Corine Tonarelli.  Journaliste et consultante, elle a initié le projet HandiFashion avec l’impulsion de Charly Valenza. président de l’association Choisir sa vie.  Et de souligner l’intérêt pour la mode des personnes handicapées et la possibilité de raviver celui-ci auprès de celles qui ont fini par exclure ce plaisir de leur vie.

handifashion, the daily couture, stephanie bui

handifashion, the daily couture

handifashion, the daily couture

Sur les photos réunissant mannequins professionnels et amateurs, valides et handicapés, certains sont des personnalités publiques comme Michael Jeremiasz, ci-dessus, joueur de tennis professionnel handisport qui fut champion du monde en simple et double et plusieurs fois médaillé lors des plus grands tournois. Et ce n’est pas fini ! Ci-dessous, en rouge, Magali Le Naour-Saby dont le film Indésirables va sortir en octobre.

handifashion, the daily couture,handifashion, mod spé paris, the daily couturehandifashion, the daily coutureHandiFashion, the daily couture

Deux objectifs sont mentionnés par la fondatrice de HandiFashion : intégrer l’idée de la mode pour tous dans le mannequinat et sensibiliser les personnes handicapées pour qu’elles se disent : « moi aussi,  je vais m’intéresser à la mode, et ne pas séparer des mondes.  « Ce n’est pas parce que tu es handicapée que tu dois considérer la mode comme superflue, affirme Corine Tonarelli. « J’adorerais, qu’à termes, il y ait une agence de mannequins qui s’intéresserait aux handicapés.   Il y a de très belles personnes handicapées ».

Ce qui nous intéresse, insiste  Corine Tonarelli, c’est de créer « un mixte de mannequins valides et handicapés.  Il existe des défilés réservés aux seules personnes handicapées, mais nous ne voulons pas faire ça.  Nous voulons créer des passerelles entre des mondes encore à part. » Cette vision a convaincu Perceval de faire son tout premier casting pour l’occasion.  « Je trouvais le projet de mélanger personnes valides et handicapées intéressant.  Même si l’on a un handicap, qu’on est en fauteuil roulant, on peut être beau à regarder… avoir du charme ! Avant de conclure : « c’est très enrichissant car on voit plein de gens qui viennent de partout. On  a tous une histoire, un parcours. »

A l’origine : des étudiants qui souhaitaient travailler sur « un projet de mode qui fait du bien »

Immergée dans le monde du handicap depuis sa rencontre avec Charly Valenza,  lui-même handicapé, Corine Tonarelli a créé HandiFashion en avril 2012 dans le sud de la France, à Aubagne.  Alors chargée d’enseignement autour d’un projet tutoré, des étudiants la sollicitent pour travailler à « un projet de mode qui fait du bien ». Elle a alors l’idée de HandiFashion avec l’impulsion de Charly Valenza dont la vie au quotidien lui est familière : elle rédige un livre sur sa vie.

Grand succès de HandiFashion dans le sud à Aubagne et Cassis.  Le projet est alors repris à Paris par des étudiants  de l’Institut Supérieur Spécialisé de la Mode, MOD’SPE, spécialisée en marketing de mode. Ils ont tout organisé.

Avec  cette deuxième édition parisienne, plus axée couture que celle dans le sud positionnée prêt-à-porter, HandiFashion est devenu un évènement à part, désormais labellisé « Semaine contre la discrimination et pour l’égalité » et lauréat d’un trophée de la Fondation SNCF en 2013.  Les étudiants comptent désormais le soutien d’acteurs professionnels de la mode comme la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin, le DEFI et l’ADAPT.

handisfashion, the daily couture, stephanie bui

Appel à l’industrie de la mode

Le message de HandiFashion interpelle l’industrie de la mode, plus précisément sur les images qu’elle projette dans notre quotidien.  Pour mettre l’esthétique à l’honneur, les mannequins de HandiFashion sont habillés par des créateurs non spécialisés dans le vêtement destiné aux personnes handicapées. Thomas Derien, Majesté Couture, Anna Ruohonen et Rainbow People sont les créateurs faisant partie de l’aventure de HandiFashion. « Si l’on sensibilise les créateurs de la jeune génération, peut-être que dans quelques années les habits spécialement conçus pour les handicapés seront plus beaux. » explique, par ailleurs, Charly Valenza, qui mentionne, à la volée, l’idée du scratch pour enfiler plus facilement les vêtements puis, surtout, s’attarde sur le peu de mannequins handicapés dans l’industrie de la mode et la contrainte pour beaucoup de se voir cantonnés à  « des  habits adaptés mais pas très beaux ».

La question dépend néanmoins du type de handicap.  L’artisanat de la mode existe aussi pour répondre non pas aux seuls besoins des maisons de haute couture mais aussi aux besoins spécifiques de particuliers pourvu qu’ils puissent s’offrir ce service coûteux mais pas cher.  Le savoir-faire des artisans bottiers, par exemple, est mis au service de l’orthopédie.  Le bottier Massaro intégré au groupe Chanel, par exemple, est reconnu pour ce service depuis les années 60.  De même,  des femmes font appel à des artisans de la lingerie pour des pièces sur-mesure voire expérimentales comme l’idée d’un soutien-gorge asymétrique pour sein unique à l’attention de femmes ayant souffert d’un cancer du sein.  Soit un regard autre sur le corps marqué par la vie et auquel offrir une attention liant confort et esthétisme.  Soulager le corps, c’est aussi l’une des missions de certains savoir-faire traditionnels et artisanaux.

« Une personne en situation de handicap a le droit d’être bien habillée comme une personne valide, insiste le président de l’association Choisir sa vie.  Je suis certain que, dans le monde du mannequinat, des filles et garçons peuvent être tops models.  Il faut changer le regard.  Beaucoup de personnes m’ont dit qu’elles participaient à  HandiFashion pour changer le regard des gens. »

Un immense défi à relever s’annonce car  la force de frappe de l’industrie de la mode reste mise en service de modèles de beauté bien calibrés, à l’image de consommateurs ciblés.   Encore récemment Naomi Campbell faisait remarquer la rareté des mannequins noirs aujourd’hui et le racisme présent dans l’industrie de la mode mondialisée.  Nous en sommes encore là.

Information sur L’Association Choisir sa vie

HandiFashion sur le site de Handicap

Défilé Handifashion Paris 2014 from FFPAPF on Vimeo.

 

 

 

@thedailycouture Depuis 2011, à la demande, the Daily Couture organise des immersions dans les Ateliers Haute Couture à Paris travaillant pour les plus grandes maisons de mode. Envoyez-nous votre demande : info@thedailycouture.com 

En savoir plus, c'est par ici : Visites Ateliers Haute Couture à Paris | Immersions Mode 

Ils nous font confiance : ref clients

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *