Avec Ira de Fürstenberg



ira de furstenberg stephanie bui

Grande amatrice du bel ouvrage, du design comme de la Haute Couture, Ira de Fürstenberg a créé, depuis vingt ans, un grand nombre d’objets uniques, environ 2000, dont les ventes ont souvent été destinées à des institutions caritatives. Pour the Daily Couture, Ira de Fürstenberg présente sa première exposition itinérante destinée aux musées : « Objets Uniques » au Musée Jacquemart-André.  Rencontre sans langue de bois avec une personnalité hors norme.

Musée Jacquemart André, ira de furstenberg, stephanie bui, the daily couture, haute couture visit, Musée Jacquemart-André ira de furstenberg stephanie bui, the daily couture, haute couture visitMusée Jacquemart-André ira de furstenberg stephanie bui, the daily couture, haute couture visit

Elle refuse le mot « créatrice », elle se définit comme une « assembleuse » prélevant ici et là des pièces pour créer une sensation esthétique.

Ira de Fürstenberg, née Altesse Sérénissime, n’a pas besoin de maitriser sa communication, elle peut dire ce qu’elle veut comme elle le veut, tant la légende la précède.  Ce qu’elle fit sans langue de bois. Et voilà pourquoi l’objet de mon billet originellement destiné à célébrer exclusivement la création artisanale d’exception par l’une de ses clientes et créatrices s’est quelque peu désaxé : j’ai été surprise par le choix de mon interlocutrice décidée à ne pas se positionner en créatrice qu’il eut été très facile et logique de mettre en avant.  A lui seul, son seul nom, Ira de Fürstenberg, renvoie à la création de beaucoup d’histoires, la grande Histoire ou à l’histoire du cinéma, c’est au choix. Une biographie qui peut faire rêver, qui peut parler à la place de sa protagoniste, et qui la dépasse finalement.  Est-ce parce qu’il lui est aussi arrivé d’ être cataloguée de « princesse qui s’amuse » comme si la création était un territoire interdit à celle qui semble avoir reçu beaucoup de la vie mais, comme tout à chacun, a perdu aussi?  Est-ce pour cela qu’elle répondit ainsi, si peu comme une créatrice ? Ou peut-être parce que réussir dans la vie, pour elle-même, c’est avoir la reconnaissance des musées qu’elle recherche encore? D’où ce nouveau projet d’exposition.

Ira de Fürstenberg, atelier d'art, stephanie bui, the daily couture, haute couture visit

Un portrait de Ira de Fürstenberg par Frédéric Mitterrand évoque, avec élégance, dans le catalogue de l’exposition,  la sensibilité et la pudeur d’une femme et, avec délice, l’acte créateur comme quelque chose de grand, d’intime et donc de vrai, citant Marguerite Yourcenar : « Je me borne à traduire, mais on ne traduit que son trouble : c’est toujours de soi-même que l’on parle » écrit-il pensant à son amie. Cette partie d’elle, elle la taira.

Ira de Fürstenberg

Quoiqu’il en soit, j’apprends que cette première exposition a nécessité deux ans et demi de préparation à celle qui se définit comme une « assembleuse » prélevant ici et là des pièces à assembler.  Autant dire une façon très physique, très descriptive, très rationnelle, très Stoïcienne en fait, de renvoyer l’acte créateur à sa nudité méprisant l’égo et les vanités, même si cet acte créateur  inspiré ici par la thématique du sacré et du profane, d’après Caterina Napoleone,  auteure du catalogue, est « un thème qui lui appartient par descendance naturelle –  dans ses veines coule le sang des anciens fondateurs du Saint-Empire Romain Germanique ».  Et si sa célébrité ne la résume pas, comme tient à le préciser Frédéric Mitterrand, force est de constater que ces « Objets Uniques » s’inspirant du « Sacré » et du « Profane » nous ramènent à une histoire avec un grand H dont si peu de marques de luxe ou designers peuvent se revendiquer en ces temps de recherche effrénée pour le storytelling à tout vent, visant la légende,  un bout de rêve, le déclencheur de l’achat.  Un travail de longue haleine quand il s’agit de l’inventer, cette légende.  Or Ira de Fürstenberg ne jouera pas à la Princesse qu’elle est pourtant.

Ira de Fürstenberg

Au sujet de l’artisanat, tout juste mentionnera-t-elle la jeunesse des artisans d’art et le renouvellement de ces métiers traditionnels et anciens. Et la casse, confiera-t-elle, il y a beaucoup de casse avant d’arriver à la création de l’objet d’exposition !  Ce qui importe, selon elle, ce qu’elle me répète, moi qui essaie de faire en sorte, en vain, qu’elle évoque l’univers de l’atelier et de la fabrication de l’artisanat d’art pour ce blog, c’est la nécessité de l’esthétisme. Elle est « une femme esthétique ». Nul doute qu’avec ses 2000 objets créés en vingt ans, la création est une nécessité. A peine cette exposition est-elle inaugurée qu’Ira de Fürstenberg est partie, ailleurs, et rêve à d’autres objets. S’annoncent de futurs objets en porphyre car, selon elle, il est temps de créer autre chose.

Ira de Fürstenberg

« Les gens qui ont tout veulent quelque chose de différent et d’unique. Un objet dont la fonction deviendra celle, commente-t-elle, avec franchise, de symbole de statut social par snobisme. »

La surprise de cet entretien ne s’arrêtera pas là.  Et l’émotion ?, je lui demande enfin. Quid de l’émotion de la création, devant les pierres et la matière ? Non, de l’émotion, Il n’en sera pas question. A moi de faire part de ce que je ressens. Parlons donc de sa motivation pour se consacrer à la création de sa première exposition dans un musée. Quelle est-elle ? Celle toute pratique, explique-t-elle, de répondre aux besoins des personnes attirées par une création différente et unique car « aujourd’hui, nous avons à disposition des objets destinés à la consommation de masse. L’offre d’un objet unique, c’est une niche qui n’existe pas ». Elle observe l’uniformisation des  objets.  « Les gens qui ont tout veulent quelque chose de différent et d’unique. Un objet dont la fonction deviendra celle, commente-t-elle, avec franchise, de symbole de statut social par snobisme. »  Voudrait-elle se positionner en tant que marque ? Car Ira de Fürstenberg est à même de comprendre ce que recherchent exactement les clients dont elle fait partie ? Elle convoque plutôt le souvenir de son frère lui conseillant un jour, confie-t-elle, que « pour réussir dans la vie », elle devrait exposer dans un musée. Sa conception de la réussite pour elle-même ? « La reconnaissance », répond-elle, celle des musées.  Aujourd’hui, elle pense que son frère avait raison. Après avoir exposé à Milan en septembre dernier, et à Paris pour la première fois, elle aimerait voir ses objets singuliers exposés à New York. Un jour, ces collections seront proposées à la vente. Pour l’instant elles continuent de voyager.

Ira de Fürstenberg

Les yeux encore illuminés par ce banquet de cristal de roche reflété par le miroir du Salon des peintures du splendide Musée Jacquemart-André d’où jaillissaient ces figures animales et sacrées de Bouddha rassemblées lors du vernissage de l’exposition, je retiens ainsi quelques histoires et, aux Pyramides égyptiennes qui font tant rêver Ira de Fürstenberg, je leur préfère ce cristal de roche lumineux, habité de pierres précieuses colorées, à partir duquel je me fabrique mon histoire à moi à défaut d’avoir pu relater celle de leur « assembleuse » qui, sur ses créations, ne voulait dire mot. J’y vois une réalité mouvante traversée par la lumière et les couleurs sur lesquelles projeter ce que l’on veut bien y voir, pour soi, de sacré.

Ira de Fürstenberg, stephanie bui, jacques babando, the daily couture, haute couture visitIra de Fürstenberg Ira de Fürstenberg

the daily couture, stephanie bui, visite haute couture, haute couture visit

Notes :

Site de l’exposition « Objets Uniques », Musée Jacquemart-André

————————–

Des Parcours du Paris de la haute couture et du sur-mesure sont proposés par the Daily Couture. Pour les passionnés des savoir-faire des métiers de la mode et d’un Paris à découvrir, en toute convivialité, au fil de rencontres avec des créateurs artisans ou fournisseurs d’exception des maisons de mode ! Pour les informations, contactez-moi : stephanie@thedailycouture.com

Page de présentation de cette prestation personnalisée

Livre d’Or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *