ART DU CARREAU



Vivre son métier d’art sans concession, et le mettre au service d’une vision du luxe sans concession non plus. Un partage de valeurs de l’excellence incarné à merveille par Véronique Valcke, directeur général du groupe Hôtels Baverez et les céramistes d’exception Julie et Bruno de la Morinerie.

L’artisanat d’art pour un hôtel de luxe ?, c’est un sujet que The Daily Couture a envie de partager ici après notre rencontre avec Véronique Valcke passionnée par son métier de l’hôtellerie. Depuis 2010, elle dirige avec conviction le groupe familial comprenant ces trois fleurons parisiens de l’hôtellerie de luxe : le Régina, le Raphael et la Villa Majestic.  Dans ce secteur du luxe habitué aux rachats et aux grandes chaînes hôtelières, le succès de ce groupe familial, centenaire et très parisien détonne !  Et pour Véronique Valcke qui conçoit ses trois hôtels comme des « maisons particulières », l’artisanat d’art s’invite tout naturellement dans les moindres recoins, en toute discrétion, sans que la clientèle ne soupçonne toujours la présence de ces savoir-faire rares façonnant les matériaux environnants… Nous partageons donc avec vous notre découverte d’un atelier d’art ayant réalisé un décor pour le mythique hôtel Raphael !

LE LUXE, C’EST « UNE EXPERIENCE », SELON VERONIQUE VALCKE

Si, un jour, il vous arrivait d’adresser votre candidature au groupe hôtelier familial pour un poste à pourvoir et  que le jour de l’entretien approche, soyez prêt à définir le mot « luxe », une notion sur laquelle personne – y compris les professionnels – ne s’accorde !  (A ce sujet, je vous invite à lire un précédent billet sur les marques de luxe émergentes.)

Véronique Valcke, directrice des hôtels Regina, Raphael et Villa Majestic

« Qu’est-ce que le luxe ? » vous demandera-t-on, le jour de l’entretien, confie Véronique Valcke, soulignant la nécessité pour ses équipes de partager la même compréhension de la notion de service à apporter à sa clientèle.  Le luxe, c’est « une expérience », insiste-t-elle. Et de préciser : chacun des trois hôtels a son univers et sa clientèle qui lui restera fidèle, déclare-t-elle, tout sourire. Le pari de la personnalisation des lieux est réussi. Pour l’habitué, l’hôtel est devenu sa maison situé dans un lieu imprégné d’une longue histoire remise au goût du jour.  Les décors parfois signés par des artisans ou des artistes ont traversé le siècle dernier jusqu’à nos jours. Du style traditionnel du mythique hôtel Raphaël et du Régina au style résolument contemporain de la Villa Majestic, par ailleurs imprégné depuis sa rénovation en 2010 de la donnée écologique, les trois hôtels centenaires évoluent avec notre temps et avec succès. Rappelons que l’hôtel Régina fut créé en 1900, l’hôtel Majestic en 1907 et l’hôtel Raphael en 1925.

Sur sa collaboration avec les artisans d’art, Véronique Valcke se souvient tout particulièrement comment, il y a bien longtemps, sa famille s’efforçait de reconstituer un décor d’origine fait de carreaux de faïence destiné au vestiaire femme de l’hôtel Raphael. A l’écouter se remémorer sa visite enchantée de l’atelier de faïence parisien et surtout sa vision du fameux four en plein Paris, The Daily Couture eu l’envie de le découvrir !  Encore fallait-il le retrouver ! Après plusieurs recherches, c’est chose faite grâce à la persévérance de Hélène Gourdès, du service de communication du groupe ! The Daily Couture allait donc rencontrer Julie et Bruno de La Morinerie dans leur atelier de céramistes d’art. Le four a changé, pas le reste ou presque ! Les techniques perdurent. La passion aussi. Et les commandes ? Elles sont là : l’atelier de Julie et Bruno de La Morinerie reste le secret bien gardé de grands noms de la décoration. Ce sont les artisans eux-mêmes qui me l’ont dit !

ARTISANS D’ART DE LA CERAMIQUE A PARIS

« On travaille peu, on ne crée que du très beau », le ton est donné ! Il ne faut pas « vulgariser » cette technique restée artisanale et il est nécessaire de se montrer à la hauteur, sinon on ne peut pas progresser, insiste Julie de la Morinerie. Nous sommes bien en présence d’artisans d’exception dont la pratique sans compromis de l’art de la faïence est appréciée des connaisseurs depuis un demi-siècle !  La liste de leurs commandes en dit long : outre l’hôtel Raphael, la brasserie Lipp, le Ritz ou le Gray d’Albion à Cannes, l’hôtel Dorchester à Londres, le château d’Yquem sans compter les nombreuses commandes de décorateurs comme Pinto destinées à des demeures dans le monde entier.

Il n’en fut pas toujours ainsi. Issus de l’Ecole des Beaux-Arts de Reims, Julie et Bruno de la Morinerie, employés dans un premier temps, limitent leur talent à la réalisation de vaisselle et objets-souvenir à l’effigie de Paris,  alors en vente dans les nombreuses échoppes touristiques de Montmartre. L’impossibilité de sublimer la céramique comme ils en rêvent les pousse à se mettre à leur compte. Ils se lancent dans une aventure épanouissante grâce à une première commande de prestige par Roche Bobois qui remarque leur panneau décoratif exposé lors de la première édition du Salon des Ateliers d’Art de Paris.  La réalisation d’une table basse à carreaux de céramique pour la maison d’édition française les lancera comme céramistes d’art dont l’approche artisanale fera un pied de nez à la pratique actuelle de la décalcomanie pour la céramique (processus permettant de transférer les motifs sur des objets y compris en céramique) et dont ils reconnaissent volontiers l’utilité pour une production de masse. Les artisans d’art lui préféreront la pratique de la finesse de la faïence de Delft, produite par les manufactures hollandaises de la région de Delft à partir du XVIIe siècle et dont ils se veulent des héritiers.

Bruno de La Morinerie, artisan d'art de la céramique à Paris

VISITE DE L’ATELIER D’ART A PARIS

Seul le four a changé. Un four bleu ciel, rectangulaire, moderne, un four comme un autre sauf qu’il tourne toute la nuit et donnera vie à des pièces uniques ! Dans l’atelier boisé, on y trouve donc tout ce qui fait la technique de cet artisanat d’art : des centaines de petits bocaux de sels minéraux qui serviront à créer les émaux de toutes les couleurs possibles, des pinceaux en poils de souris, de blaireau, de mangouste, de mouton, d’écureuil, d’oreille de bœuf… Disons-le … une autre façon pour certains d’entre nous de découvrir les animaux : par les caractéristiques de leur poil !  Des planches exposent les échantillons de couleur, et bien évidemment pleins de choses dont j’apprécie le mystère avec plaisir ! Et puis des outils qui feront toute la différence tel ce mini-tube pinceau utilisé pour la technique essentielle de l’entubage, celle-là même à découvrir sur le décor végétal réalisé pour l’hôtel Raphael. Comme l’outil n’existe plus, il fallait le créer. La maîtrise de la technique de l’entubage donne vie aux motifs : elle renforce leurs lignes grâce à ce relief créé par la main agile qui dessine. Et voilà comment le matériau prend vie. Puis, il faudra maîtriser la technique qui permettra de faire les raccords parfaits entre les motifs qui traverseront les panneaux… Autre difficulté surprenante : ne pas améliorer sa technique au fur et à mesure de la réalisation des carreaux pour un même décor ! Il faut que le panneau décoratif soit homogène avec des carreaux de qualité égale ! Enfin, au motif s’allie aussi la brillance des couleurs des émaux procurée par le plomb. Eh oui, ce plomb ennemi de la santé humaine est l’ami de la céramique. Interdire le plomb fut une « catastrophe » pour les céramistes, tout comme les colorants et outils qui disparaissant continuellement. Toutefois, une donnée perdure et c’est elle qui assurera l’excellence de la pratique de la céramique : la maîtrise du dessin.

« POUR ETRE UN BON CERAMISTE, IL FAUT SAVOIR DESSINER AVANT TOUT »

En 2011, le couple de céramistes n’envisage pas de pérenniser son  savoir-faire. Quand ils ne créeront plus, l’atelier fermera, car des années de pratique et d’astuces sont nécessaires pour en arriver à cette agilité de la main.  L’inadéquation de la formation aux métiers d’art en France y est sans doute pour quelque chose dans cette évidence pour le couple d’artisans d’art. « Pour faire un bon céramiste, il faut avant tout savoir dessiner », insistent-ils, stupéfaits du faible niveau des jeunes élèves stagiaires les sollicitant afin de valider leur formation. Comme beaucoup d’artisans d’art et de professeurs de lycée dit technique, ils regrettent le manque de motivation des jeunes élèves trop souvent inscrits à ces formations d’art pour des mauvaises raisons, et non par passion. Le stigma du travail manuel a la vie dure en France, alors que le pays rayonne dans le monde entier par son raffinement et son luxe dont ces artisans d’art véhiculent pourtant l’image.

Rappelons que le secteur du luxe et de la mode est devenu l’une des 12 filières stratégiques en France en 2010 étant donné son point économique de quelques 191 milliards d’euros (chiffres Etude Bain & Co) et sa croissance en temps de crise.

L’engouement actuel pour le fait-main, la fabrication locale issue d’un savoir-faire régional, la personnalisation de la mode comme du moindre objet nous emmène-t-il vers un changement de paradigme où l’on verra, à long terme, une réhabilitation des compétences manuelles et industrielles en France? Et que penser de l’avenir de la question du label Made in France dont l’inauguration avait fait l’objet d’un billet sur The Daily Couture, et dont tous les politiciens présidentiables français s’entichent soudainement, stratégiquement à l’heure du grand rendez-vous politique français de 2012 ?

Pendant ce temps-là, Julie et Bruno de la Morinerie poursuivent leurs œuvres créatives et rêvent du jour où leur savoir-faire d’excellence sublimera des décors inspirés de l’imaginaire d’un aquarium ou d’une grotte…

Site de l’hôtel Raphael à Paris

Site de la Villa Majestic à Paris

Site de l’hôtel Régina à Paris

Article sur le nouveau label Made in France, Origine France Guarantie rédigé par The Daily Couture

 

 

 

 

@thedailycouture 

Depuis 2011, à la demande, the Daily Couture organise des immersions dans les Ateliers Haute Couture à Paris travaillant pour les plus grandes maisons de mode. Envoyez-nous votre demande : info@thedailycouture.com 

En savoir plus, c'est par ici : Visites Ateliers Haute Couture à Paris | Immersions Mode 

Ils nous font confiance : ref clients

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *