Lin Grand Cru



La vie du lin européen, un univers créatif exceptionnel aussi technologique qu’écologique : un lin béni. Nichée dans une Europe au climat humide et aux amplitudes thermiques faibles, la fibre s’y épanouit au point de lui valoir une renommée mondiale.

Voyage au coeur d’un écosystème industriel respectueux de tous les savoir-faire du lin :  agriculteurs, teilleurs, filateurs, tisseurs, tricoteurs, ennoblisseurs et négociants gèrent ensemble toute la filière pour pérenniser ce savoir-faire de la culture du lin européen, perpétué par des familles d’artisans — On sait donc tout de cette fibre utilisée, depuis l’agriculteur qui a fait pousser sa graine ! Cas tout à fait unique dans l’industrie du textile.

©OATV

Les créateurs de On Aura Tout Vu ont présenté, pour leur collection printemps été 2011 cette robe courte en dentelle de lin blanc ajourée, rebrodée de cristal et de plumes, gansée de satin noir. La maison explique l’ utilisation du lin d’une façon inhabituelle rendue possible grâce à la collaboration avec la CELC Masters of Linen : la matière ajourée rend le tissu léger et laisse entrevoir une nouvelle façon de porter le lin, ici très éthérée et sensuelle : ange ou démon ? C’est le crédo de On Aura Tout Vu. A vous de voir !

LE LIN, UNE FIBRE ECOLOGIQUE : « BE LINEN! »

On découvre cette fibre et on ne la lâche plus, m’explique l’équipe de la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC), représentant 70% de la production mondiale du lin, constituée de 10 000 entreprises dans 14 pays de l’Union Européenne. C’est d’un univers et de ses valeurs d’authenticité, de partage, de soutenabilité, d’efficacité et de potentialités pour des applications encore à découvrir dont on s’éprend avant tout. En phase avec notre envie de beau qui fait du bien, le fil du lin européen aux qualités exceptionnelles et imprégné d’une très belle histoire inspire désormais l’industrie du textile, les écoles de mode, les départements R&D des entreprises, les instituts techniques spécialisés, les universités et l’Union Européenne, tous désireux de promouvoir un mode de vie plus soutenable : “Be Linen!” , tout un programme créatif pour booster l’utilisation du lin sur le marché du textile.

On s’étonne de sa rareté : moins de 1% de la fibre mondiale aujourd’hui, malgré ses atouts de choc : 100% renouvelable, zéro déchet produit, irrigation inutile (contrairement au coton), peu énergivore dans sa production, naturelle et mécanique dans son processus de transformation et presque nulle en émission de CO2… La France est le premier producteur de lin dans le monde. La chine ? Le premier importateur mondial de lin… Que font donc les créateurs de mode européens ?! Le champ créatif des finitions en lin est incroyable… Un cahier de tendance est d’ailleurs édité chaque année par la CELC pour faire connaître ces recherches aux professionnels. Des échantillons conçus à partir de la fibre de lin mélangée à d’autres comme le cachemire, la soie, la laine, le métal etc. y sont présentés.

© Laurence André

Cet autre exemple de collaboration entre une créatrice et la CELC Masters of Linen : le thème de la collection printemps/été 2011 de Laurence André est l’Origami à travers le lin grâce aux nouvelles innovations techniques de la fibre, offrant cette possibilité de travailler la transparence, le stretch et les enduits métal. L’architecture des modèles a été conçue comme des sculptures, au travers du pliage, explique la maison. Des exemples, ci-dessous, d’ une utilisation plus classique du lin pour cet été 2011 chez Hermès, Etro et Zegna.

LE SAVOIR-FAIRE DE LA CULTURE DU LIN

La culture de la fibre naturelle est perpétuée par un savoir-faire familial – on ne se lève pas un matin en se disant : “ tiens, et si je me lançais dans la culture du lin ?!” Encore faut-il savoir qu’on cultive cette fibre en Europe, ce qui étonne souvent, sans doute parce que le lin, pour beaucoup d’entre nous, c’est la matière imaginaire de notre vêtement préféré pour se vivre en aventurier(e) très chic lors d’un prochain voyage à l’autre bout du monde !…

Pour une immersion dans la vraie vie du lin condensée en 15mm qui valent vraiment le coup d’être vues, n’hésitez pas à regarder cette vidéo « Be Linen », réalisée par la CELC Masters of Linen en partenariat avec l’Union Européenne.

INNOVATIONS AVEC LE LIN

On pourrait le côtoyer de plus en plus à l’avenir, au quotidien, avec dans un premier temps des applications dans les domaines du sport, de l’automobile ou du loisir. A été conçu le premier bateau de course à intégrer 50% de fibres de lin imprégnées de résine époxy notamment dans la coque, la barre et le cale-pied, mettant ainsi les propriétés de résistance, de légèreté et de maniabilitié au service de l’activité nautique, en partenariat avec Libeco, Linéo, Hunstman et la filière du lin pour la course en solitaire Mini-Barcelona. Est commercialisée par Artengo, depuis 2009, la première raquette de tennis en composite hybride, alliant la fibre de lin à la fibre carbone, pour une meilleure absorption des vibrations au moment de la frappe. Ces qualités d’ absorption des vibrations et du bruit par la fibre du lin ont amené la création de prototypes supplémentaires : vélo, de casque de VTT et médaillons de portières automobiles. Bientôt, des skis rossignols seront commercialisés. Notons enfin que sa résistance et sa légèreté la hisse au niveau de la fibre de verre au point de composer 40% de l’éolienne biodégradable aussi imprégnée de PLA (fibre plastique entièrement biodégradable).

Le 30 et 31 mars prochain, à l’occasion du Salon professionnel Made In France, dédié à la haute façon, sera présenté, devant la Bourse de commerce de Paris, 2 rue de Viarmes, le prototype d’une combinaison en mèche de lin – imaginons donc une belle fille glissée dedans ! – une création issue de la collaboration entre le designer Christophe Pillet , le filateur Safilin et les stylistes Sergio Marchiado et Kim Laursen. le tout orchestré par l’organisme R3iLab. Le défi ? Créer un modèle à partir de la mèche de lin, quand la matière est brute, avant d’être démêlée, peignée, cardée dit-on, afin de pouvoir être mélangée à d’autres fibres et couleurs. Les mèches de lin aux allures de crinière sauvageonne, sont alors très tranchantes. Le prototype est fait de mèches de lin tricotées.

L’innovation à partir de la recherche sur cette fibre que s’évertuent à cultiver les pôles technique et textile de la CELC n’a pas encore été explorée à 100%. 2 produits en composite de lin ont été primés sur la dernière édition du Salon mondial des composites (JEC) : la confirmation du dynamisme de la recherche et de l’innovation autour de cette fibre.

Que ce soit pour l’univers de la mode ou la maison, les innovations sont là. J’ai choisi celle-ci, une nouvelle étoffe des plus enchanteresses intitulée Lueur.

Son innovation ? La matière se charge avec la lumière du jour, puis en fin de journée reflète les éclairages ambiants grâce à ses fils rétro réfléchissants. La nuit, elle diffuse une lueur faisant ressortir le grain de l’étoffe par ses fils phosphorescents.

On imagine ses applications pour les aménagements intérieurs, d’autant plus facilités par un touché souple et un entretien facile. Même si la matière ne résout ni le problème du recyclage, ni celui du besoin d’une vraie lumière électrique, l’étoffe diffusera cette lueur par un tissu visionnaire en coton biologique ou en lin provenant de l’entreprise Safilin.

Ce textile luminescent, toujours à la recherche d’un distributeur, est le fruit d’une collaboration entre la designer Brigitte Guillet , dont la réflexion porte sur l’étoffe et la bioluminescence depuis 2007, et ACT3, une entreprise dédiée à la création et au tissage en prêt-à-porter de luxe, haute couture et design d’intérieur depuis plus de 20 ans. Une belle création primée par l’ Observeur du Design 2011, et illustrant aussi la capacité d’une entreprise au savoir-faire traditionnel de la couture à relever le défi créatif au regard de cette thématique très pointue du design aujourd’hui : l’éclairage.

Outre son utilisation dans l’industrie du textile et du design, le lin est encensé pour ses graines naturellement riches en oméga 3, à même de nous nourrir sainement. Peut-être les retrouverons-nous prochainement dans nos yaourts ou nos huiles, par exemple. Ses graines sont aussi recommandées pour l’alimentation animale, et la poussière du lin préconisée pour le terreau horticole. Eh oui, même sa poussière est vertueuse !…

NOTES :

La Pluie et le Beau Temps → un documentaire de Ariane Doublet, Festival du Cinéma du Réel au Centre Pompidou : présentation en compétition du documentaire, La Pluie et le Beau Temps sur le lin. « Entre champs et filatures, entre la campagne cauchoise et la Chine, comment se tisse la mondialisation ?  » (Séances : Lundi 28 mars 2011 à 21h00, Mercredi 30 mars 2011 à 16h15 , Jeudi 31 mars 2011 à 10h30)

CELC Masters of Linen

R3iLAB, projet Tech & Design

Agence pour la Promotion de la Création Industrielle (A.P.C.I)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *